Baromètre numérique de l'agent 2021 : une plus grande capacité de travail à distance pour les agents publics


La DINUM publie les résultats de l’édition 2021 du baromètre numérique de l’agent, l’enquête qui recueille l’avis des agents de l’État sur leur environnement numérique de travail.

Partager

Pour la 3e année consécutive, la DINUM, avec les DNUM ministérielles, renouvelle le baromètre numérique de l’agent (BNA). Menée en juin 2021, la consultation auprès des agents issus de 12 ministères et des services du Premier ministre (administrations centrales et déconcentrées, hors fonction publique hospitalière et enseignement) a porté sur 4 thématiques liées à leur environnement de travail numérique : l’équipement, les outils et applications, la connectivité et les réseaux, le support et la formation.

Pour cette édition 2021, la participation à l’enquête BNA est en hausse avec 108 313 répondants, soit un taux de réponse de 18% (14% en 2020). Les résultats obtenus révèlent les efforts menés par les différents ministères pour améliorer l’environnement de travail numérique des agents et l’adapter aux nouveaux modes de travail, dans un contexte de crise sanitaire.

Le baromètre numérique de l’agent est une action menée dans le cadre du programme TECH.GOUV d’accélération de la transformation numérique du service public, piloté par la DINUM, sous l’autorité de la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques.

Plus de 3 agents sur 4 en capacité de travailler à distance

L’équipement des agents publics permet un meilleur usage à distance de même qu’il répond aux exigences portées depuis le début de la crise sanitaire en matière de modes de travail hybrides. Les résultats du BNA 2021 reflètent, en effet, les efforts menés par les administrations pour renouveler les postes de travail des agents en 2020 et 2021 : plus des deux tiers (70%) des répondants déclarent ainsi être équipés en ordinateurs portables (+20 pts) et plus d’un quart (28%) sont équipés de smartphones (+5 pts).

Ces investissements en équipements nomades impactent la perception des agents sur leur capacité à travailler à distance : plus des trois quarts (78%) déclarent être équipés pour travailler à distance (+10 pts), dont 35% complètement et 43% partiellement. Par ailleurs, le renouvellement des postes de travail permet d’inscrire le télétravail comme tendance de fond qui se généralise chez les agents publics : ainsi, près de la moitié des agents (45%) déclarent pratiquer le télétravail au moins une fois par an, en dehors de la période liée au Covid-19 (+8 pts).

Faciliter le travail à distance demeure une priorité pour les administrations tant au regard de la situation sanitaire que de l’évolution des pratiques professionnelles. L’acquisition de nombreux équipements nomades (ordinateurs portables, smartphones) ces derniers mois y participe très largement.

Une satisfaction stable dans un contexte de transformation de l’environnement de travail numérique des agents

Les deux tiers (67%) des agents attribuent une note supérieure ou égale à 6/10 lorsqu’il est question d’évaluer leur environnement de travail numérique, la note moyenne pour cette troisième édition est 6,1/10 (-0,1 pt).

La satisfaction des agents reste stable et se révèle particulièrement marquée lorsqu’il s’agit de l’équipement informatique avec 76% des agents qui s’en déclarent satisfaits (+4 pts) : cette meilleure appréciation sur ce volet s’explique par la réactivité des administrations en contexte de crise et de confinements successifs pour adapter les postes de travail au travail à distance et par la dotation accélérée en équipements nomades.

La satisfaction en matière d’outils et d’applications mis à leur disposition progresse également avec 72% des agents déclarant en être satisfaits (+1 pt). Une appréciation positive à laquelle le déploiement de la nouvelle offre interministérielle - le sac à dos numérique de l’agent public (SNAP) - opérée par la DINUM avec le concours de plusieurs DNUM ministérielles, contribue en mettant à la disposition des agents un bouquet d’applications et d’outils :

  • l’application de messagerie instantanée Tchap qui a connu son embellie avec le premier confinement et qui compte aujourd’hui plus de 250 000 utilisateurs ;
  • les outils de communication à distance tels que l’Audioconférence de l’État (Audioconf), la Webconférence de l’État (Webconf) ou encore le récent Webinaire de l’État ;
  • les outils de travail collaboratif et les plateformes de communautés professionnelles comme Osmose ou Resana ;
  • les dispositifs d’accès sécurisé aux réseaux interministériels et ministériels comme les VPNs qui se sont massivement déployés avec la crise.

La transformation rapide de l’environnement de travail numérique implique une mise à niveau des services numériques offerts aux agents. Ainsi, des marges d’amélioration sont perceptibles en matière de services d’assistance d’une part, avec 71% des agents qui s’en déclarent satisfaits (-5 pts), et de connectivité d’autre part, dont 58% des agents se déclarent satisfaits (-4 pts).

Sur le plan des services d’assistance, les résultats en légère baisse traduisent la nécessité de poursuivre leur mise à niveau pour répondre au volume et aux nouvelles exigences induites par le renouvellement massif des postes de travail. Sur le plan de la connectivité, le débit et la disponibilité du réseau restent deux attentes prioritaires des répondants depuis 2020 et la lente adaptation en la matière amoindrit leur satisfaction. Il est néanmoins escompté que les investissements engagés par la plupart des ministères, avec le concours du plan de relance, contribuent à améliorer cet indicateur à compter du dernier trimestre 2021.

Des attentes fortes en matière d’accompagnement pour la maîtrise du nouvel environnement de travail numérique

Cette édition 2021 du BNA révèle des attentes importantes en matière d’accompagnement et de formation. Si 89% des agents publics déclarent bien maîtriser leur environnement de travail numérique (-2 pts), la moitié (49%) expriment des souhaits de formation (+2 pts).

Les agents souhaitent être accompagnés en priorité, comme l’an dernier, sur les outils bureautiques (50%) et les outils collaboratifs (34%). C’est justement l’un des axes du volet Transformation numérique de l’État du plan France Relance : à mi-septembre 2021, plus de 2 millions d’euros ont déjà été octroyés aux administrations pour soutenir une meilleure prise en main des outils à travers le guichet « Accompagner l’appropriation des méthodes de travail numériques au sein des équipes (SNAP 5) ». La formation à l’utilisation de l’équipement, souhaitée par 25% des répondants, apparaît également comme prioritaire au regard du renouvellement des postes de travail.

En matière de services de formation et d’accompagnement, les dispositifs d’apprentissage à distance comme les tutoriels vidéo (31%) et les MOOCs (27%) sont plébiscités, particulièrement par les agents des administrations centrales. Enfin, un tiers des agents (31%) souhaitent disposer d’accompagnement et de parcours de formation personnalisés.

Cette nouvelle édition du BNA appelle donc les ministères à poursuivre le déploiement de moyens pour permettre aux agents publics de s’adapter aux nouveaux modes de travail, tout en investissant dans les services et dispositifs de formation pour accompagner le changement. Elle met également en lumière la nécessité, pour les administrations, de s’appuyer sur l’offre interministérielle SNAP et le volet numérique du plan France Relance** piloté par le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques, afin d’améliorer la connectivité des agents, leur offrir un environnement de travail numérique intégré ou encore les former aux nouvelles méthodes de travail numériques.**

Consulter les résultats du BNA 2021 (pdf – 1,6 Mo)

> Retrouvez également les données brutes du BNA 2021 sur data.gouv.fr

À (re)lire :